La saveur inégalée des souvenirs

Chacun garde en mémoire et sur les papilles un souvenir gustatif de son enfance. Celui du sucre de la barbapapa rose qui fond au contact de la langue, des crêpes chaudes servies par une grand-mère adorée, du poulet à la peau croustillante posé sur la table du dimanche ou du lait tiède au miel que l’on dégustait lorsque l’on était malade. La liste varie bien sûr. Mais à chaque fois, le souvenir est si fort qu’une simple odeur peut le réveiller et déclencher une émotion. Parfois aussi on est tenté à l’âge adulte de cuisiner ces plats qui ont fait le sel de notre enfance. Cette cuisine émotionnelle, parfois tâtonnante, au départ, peut donner de belles réussites tout en prolongeant ou en créant une tradition. Une recette précieuse se transmet de génération en génération, comme un fil invisible et pourtant très résistant. Cette confiture d’orange est l’un de ces fils familiaux. Modeste mais à la saveur inimitable, elle s’offre à Noël dans de jolis pots décorés.

Recette confiture d’Amaxi

2 kilos d’oranges non traitées

2 kilos de sucre

La veille, mettre les oranges à tremper dans une bassine d’eau froide.

Le jour même, mettre les oranges entières dans une bassine d’eau que l’on porte à ébullition. 

Lorsqu’il devient facile de piquer une orange avec une aiguille, sortir les fruits de l’eau chaude et les rafraîchir sous l’eau froide. Une fois froides, couper les oranges en rondelles fines, puis en moitié ou quart de tranche. Laisser macérer les fruits avec le sucre jusqu’à ce que le sucre soit fondu. Puis mettre à cuire. Après ébullition, maintenir à feu doux pendant une heure (au moins). Laisser refroidir puis reprendre une seconde cuisson. La confiture est prête lorsqu’une goutte reste prise sur la cuillère. (Note : comme toutes les recettes de grand-mère, le « environ », le « tu vois », le « à peu près » sont des notions capitales pour la réussite de cette préparation)

Laisser un commentaire